shoah

How to pass on the memory of the Shoah?

Par le chant !

« Si Homère n’avait pas écrit, nous souviendrions-nous de Troie ? Qui aurait entendu parler de Guernica, ce petit village de rien, s’il n’y avait eu le tableau de Picasso ? Qui aurait transmis ce qu’a transmis Giacometti sans en avoir conscience avec cet homme décharné marchant vers l’inconnu ? L’indicible ne peut être dit que par le récit.» (Rachel Ertel)

La Shoah (hébreu : שואה, « catastrophe ») est l’extermination systématique par l’Allemagne nazie d’entre cinq et six millions de Juifs, soit les deux tiers des Juifs d’Europe et environ 40 % des Juifs du monde, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les Juifs, désignés par les nazis comme leurs ennemis irréductibles et assimilés à une race inférieure selon leur idéologie, furent affamés jusqu’à la mort dans les ghettos de Pologne et d’URSS occupées, assassinés par les fusillades massives des Einsatzgruppen sur le front de l’Est (la « Shoah par balles »), par le travail forcé dans les camps de concentration, dans les « camions à gaz », dans les chambres à gaz et les fours crématoires des camps d’extermination. Cette partie de la Shoah en fait le seul génocide industrialisé de l’histoire.

C’est une langue, le yiddich et une culture millénaire qui faillirent disparaître après cette tragédie. Qui aurait pu croire que la musique klezmer – la musique des mariages juifs d’Europe de l’Est – deviendrait une musique du monde bien vivante et dynamique à partir des années 1990 ?

Chanter une chanson en yiddich, c’est comme allumer une bougie ; c’est la plus belle des prières du souvenir !

HAYE

Mein chwester ‘Hayé

Je vous conseille ce poème en yiddish de Binem HELLER (1908-1998) « Mein chwester ‘Hayé » mis en musique par ‘Hava Alberstein que nous avons découvert dans l’album The Well du groupe klezmer américain The Klezmatics.

Hava ALBERSTEIN en Israël, et les KLEZMATICS aux États-Unis témoignent par leur oeuvre de la permanence et de la modernité de la chanson yiddich et de la musique klezmer.

Cet émouvant poème rappelle :

  • les conditions de vie misérables des Juifs vivant en Europe centrale ;
  • leur extermination = la Choa ;
  • la difficulté pour les survivants de s’exprimer dans un monde qui a laissé faire l’inimaginable ;
  • le yiddich, langue parlée par la plupart des Juifs qui ont été exterminés pendant la Choa.

Que ‘Hayé devienne votre petite soeur. Par votre chant en yiddich, c’est son souvenir et celui de millions d’enfants déportés que vous honorerez.


En 2005 pour la cérémonie commémorant le 60e anniversaire de la libération des camps d’extermination, j’ai appris ce chant à la chorale de deux collèges de Besançon. Entendre ce soir-là cinquante collégiens chanter en yiddish l’histoire de ‘Haya fut très émouvant. Après ce chant, ils allumèrent avec toutes les personnes présentes de petites bougies du souvenir qui flottèrent sur le plan d’eau face à la mairie de Besançon.

A vos guitares !

MA SOEUR ‘HAYÉ

Ma chère soeur ‘Hayé aux beaux yeux verts,
Ma chère soeur ‘Hayé aux beaux yeux verts,
Ma chère soeur ‘Hayé aux tresses noires,
Ma chère soeur ‘Hayé aux cheveux longs,
Ma soeur ‘Hayé, celle qui m’a élevée
Ma soeur ‘Hayé, celle qui m’a élevée,
Dans la maison branlante, rue Smotché.
N’était âgée que de dix p’tites années.
**************
**************
Quand la mère quitte la maison dès l’aurore,
Elle a nettoyé puis bien cuisiné,
Quand le jour commence juste à percer,
Elle a lavé, brossé nos petites têtes,
Elle va chercher du travail pour gagner
Elle a oublié de jouer avec nous
Ses quelques pauvres sous de la journée.
Ma soeur ‘Hayé avec ses tresses noires.
**************
**************
Et ‘Hayé reste avec ses petits frères,
Ma soeur ‘Hayé avec ses beaux yeux verts,
Elle les fait manger, aussi les surveille,
Un allemand l’a brûlée à Tréblinka.
Elle continue avec ses belles chansons
Et je suis maintenant dans l’état juif
Le soir, quand les petits sont fatigués.
Le dernier à l’avoir un jour connue.
**************
Pour elle j’écris en Yiddich mes poèmes
Dans ces jours terribles de notre temps.
Pour Dieu Lui-même, elle est une fille unique,
Au ciel, elle est bien assise à Sa droite. (bis)
**************
 
 

MAÏN CHVESTÈR ‘HAYÉ (paroles en phonétique)

MAÏN CHVESTÈR ‘HAYÉ MIT DI GRINÉ OÏGUÈN,
MAÏN CHVESTÈR ‘HAYÉ MIT DI GRINÉ OÏGUÈN,
MAÏN CHVESTÈR ‘HAYÉ MIT DI CHVARTSE TSÈP,
MAÏN CHVESTÈR ‘HAYÉ MIT DI LANGUE HOR,
DI CHVESTÈR ‘HAYÉ, VOS OT MIR DERTSOÏGUÈN,
DI CHVESTER ‘HAYÉ, VOS HOT MIR DERTSOÏGUEN,
OÏF CHMOTCHÉ-GASS, IN OÏZ MIT KROUME TREP.
IZ NOR NICHT ALT GUÉVÈN KEÏN TSÈNDLING YOR.
**************
**************
DI MAMÉ IZ AVÈK FOUN CHTOUB BAGUINEN,
ZI HOT GUEROÏMT, GUEKORT, DÉRLANG DOS ÉSSEN,
VÈN OÏFEN HIMEL HOT ERCHT KOÏM GUEHELT,
ZI HOT GUETSVOGUEN OUNDZ DI KLEÏNE KEP,
ZI IZ AVEK IN KROM ARAÏN FARDINEN,
NOR CHPILEN ZIR MIT OUNDZ HOT ZI FARGUÉSSEN,
DOS BIDNÉ-DROBNE GROCHEDIKÉ GUELT.
DI CHVESTÈR ‘HAYÉ MIT DI CHVARTSE TSÈP.
**************
**************
OUN ‘HAYÉ IZ GUEBLIBÈN MIT DI BRIDÈR,
MAÏN CHVESTÈR ‘HAYÉ MIT DI OÏGUEN GRINE,
OUN ZI HOT ZAÏ GUEKORMET UN GUEHIT,
A DAÏTCH HOT IN TRÉBLINKA ZI FARBRENT,
UN ZI FLEGT ZINGUEN ZAÏ DI CHAÏNÉ LIDÈR,
OUN IR BINE IN DÈR YIDICHÉ MÉDINÉ,
FAR NA’HT, VÈN KLEÏNER KINDÈR VÉRÈN MID.
DER SAME LETSER, VOS OS ZI GUÉKÈNT.
**************
FAR IR CHRAÏB IR OÏF YIDICH MAÏNE LIDÈR
IN TÈG DI CHRÉKLÈRE FOUN OUNDSÈR ZEÏT,
BAÏ GOT ALAÏN IZ ZI A BASS-YÉRIDÈ,
IN HIMEL ZITS ZI BAÏ ZAÏN RE’HTER ZAÏT.

choa1THE KLEZMATICS – CHAVA ALBERSTEIN  « THE WELL »
LBLC 2565 – HM 83 -Distribué par INDIGO / Label bleu

BP 0631 Amiens – Tél. 03 22 92 52 17

choa2

Si vous ne deviez acheter qu’un seul disque de chansons en yiddich, c’est celui-ci ! C’est la mise en chansons de poèmes de grands poètes yiddich du XXe siècle.

 

 

S’Dremlen Feygl “Dreaming Birds”

This lullaby comes from the Vilna ghetto. Tens of thousands of Jews were killed in the Vilna Ghetto, Lithuania, from 1941 to 1943. Amid horrible circumstances, the Jewish people began to create powerful art; theatre productions, poetry, and music performances.

The words to this lullaby were written by Leah Rudnicki (pronounced Rudnitzky); the music is by Leyb Yampolski. 

Taken from the album: “With a Song In the Heart – Shabbath and Holiday Yiddish Songs” – Preformed by Tova Ben-Zvi.

Download/Listen to S’Dremlen Feygl

S’Dremlen feygl oyf di tsvaygn,

 Birds are drowsing in the branches,

Shlof, mayn tayer kind.

 Sleep, my dear child,

Bay dayn vigl oyf dayn nare

 By your cradle, at your cot, 

Zitst a fremde un zingt: lyu, lyu.

 Sits a stranger and sings: Lyu lyu.

 

 

S’iz dayn vigl vu geshtanen

 Your cradle was here,

Oysgeflokhtn fun glik.

 Interlaced with happiness.

Un dayn mame, oy dayn mame,

 And your mother, oh, your mother,

Kumt shoyn keynmol nit tsurik: lyu, lyu.

 Will never return.

 

 

Kh’hob gezen dayn tatn loyfn

 I saw your father running

Unter hogl fun shteyn.

 Under a hail of stones,

Iber felder iz gefloygn

 Over the fields there flew

Zayn faryosemter geveyn: lyu, lyu.

 his orphaned cry.

Leonard Cohen’s « Hallelujah » – in Yiddish

Klezmer musician Daniel Kahn performs the moving song, which he translated with a little help from his friends.

Amazing Yiddish Rendition of Leonard Cohen’s ‘Hallelujah’

Yiddish by Daniel Kahn from Leonard Cohen’s “Hallelujah,”
with help from Michael Alpert, Mendy Cahan and Josh Waletzky
Geven a nign vi a sod,
Vos Dovid hot geshpilt far Got.
Nor dir volt’s nisht geven aza yeshue.
Me zingt azoy: a fa, a sol,
A misheberekh heybt a kol,
Der duler meylekh vebt a haleluye…
Dayn emune iz gevorn shvakh,
Basheva bodt zikh afn dakh,
Ir kheyn un di levone dayn refue
Zi nemt dayn guf, zi nemt dayn kop,
Zi shnaydt fun dayne hor a tsop
Un tsit fun moyl arop a haleluye…
O tayere, ikh ken dayn stil,
Ikh bin geshlofn af dayn dil,
Kh’hob keynmol nisht gelebt mit aza tsnue
Ikh ze dayn shlos,
ikh ze dayn fon,
A harts iz nisht keyn meylekhs tron,
S’iz a kalte un a kalye haleluye…
Oy vi amol, to zog mir oys
Vos tut zikh dortn in dayn shoys?
To vos zhe darfst zikh shemen vi a bsule?
Nor gedenk vi kh’hob in dir gerut,
Vi di shkhine glut in undzer blut,
Un yeder otem tut a haleluye…
Zol zayn mayn got iz gor nishto
Un libe zol zayn kol-mumro,
A puster troym tsebrokhn un mekhule,
Nisht keyn geveyn in mitn nakht,
Nisht keyn bal-tshuve oyfgevakht,
Nor an elnte kol-koyre haleluye…
An apikoyres rufstu mikh,
Mit shem-havaye lester ikh,
Iz meyle, ikh dervart nisht keyn geule.
Nor s’brent zikh heys in yedn os
Fun alef beys gor bizn sof
Di heylike un kalye haleluye…
Un dos iz alts, s’iz nisht keyn sakh.
Ikh makh dervayle vos ikh makh.
Ikh kum do vi a mentsh,
nisht keyn shiluye.
Khotsh alts farloyrn say vi say
Vel ikh farloybn “Adoynay”
Un shrayen vi l’khayem “haleluye.”

 

• Mémorial de la Shoah
• Shoah : une bibliographie (mise à jour partielle février 2003) 

 

Tsofim Yehudim, LeDor VaDor
Jewish Scouts, from generation to generation

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest